Coronavirus : un lien est scientifiquement confirmé entre obésité et formes graves du Covid 19 – France 3 Régions

L’étude menée par des chercheurs lyonnais et lillois montre scientifiquement que l’obésité est un facteur aggravant pour les malades du coronavirus.

C’est ce que le monde médical observait depuis le début de la pandémie : le surpoids semble majorer le risque de développer une forme sévère de Covid 19. Un ressenti désormais scientifiquement démontré, grâce à cette étude lyonnaise et lilloise : les personnes obèses développent plus fréquemment des formes graves de Covid 19.

Au CHU de Lyon, l’étude a été conduite par le Dr Cyrielle Caussy et le Pr Emmanuel Disse du service d’Endocrinologie Diabète et Vitamin (Centre Intégré de l’Obésité des HCL). Le 27 mars, en  plein pic épidémique, 340 sufferers hospitalisés à Lyon pour une pathologie Covid 19 ont été observés et les résultats sont significatifs.
 

l'impact de l'obésité sur la gravité de la maladie semble se confirmer selon une étude des HCL / © HCL / Université de Lyon
l’influence de l’obésité sur la gravité de la maladie semble se confirmer selon une étude des HCL / © HCL / Université de Lyon

Alors que l’obésité concerne 15% de la inhabitants générale française, l’étude démontre que les personnes obèses constituent un quart des sufferers hospitalisés en unités Covid 19. Le constat est particulièrement flagrant en réanimation, où les sujets souffrant d’obésité sont deux fois plus nombreux que dans la inhabitants générale. 35% des sufferers atteints admis en réanimation souffrent d’obésité.
 

Un défaut de réponse immunitaire

En revanche, on ne sait pas pour l’on the spot pour quelles raisons un surpoids vital fragilise l’organisme face au coronavirus. Selon le Dr Cyrielle Caussy, co-auteur de l’étude,
“comme on a pu le constater pour les autres maladies virales et en particulier la grippe, les sufferers souffrant d’obésité présentent un défaut de réponse immunitaire. On doit donc sans doute envisager pour ces sufferers des traitements ciblés sur leurs défauts immunitaires.”

Stimuler l’immunité de sufferers atteints de Covid 19 et d’obésité, c’est précisément l’un des objectifs d’une nouvelle étude, thérapeutique celle-ci, baptisée NIVISCO et pour laquelle le Pr Disse du CHU de Lyon vient de remporter un appel à projets.

En attendant ces nouveaux résultats, les auteurs de cette première étude tiennent à rappeler, en cette période de déconfinement progressif, l’significance cruciale pour les personnes atteintes d’obésité de rester particulièrement vigilantes sur les mesures de prévention, port du masque, gestes barrières et distanciation sociale.
 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *