Déconfinement à Strasbourg : Des équipes de volontaires dans les rues pour « de léducation à la santé » – 20 Minutes

Un « équipage de prévention Covid » échange avec une passante, rue d’Austerlitz à Strasbourg. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • La ville de Strasbourg a lancé des « équipages de prévention Covid ».
  • A quoi servent-ils ? « Faire de l’éducation, de l’accompagnement à la santé », répond Alexandre Feltz, l’adjoint à la santé.
  • Ils espèrent se déployer dans tous les quartiers de Strasbourg.

Difficile de les rater. En pleine rue, leurs vestes rouge ornées au dos d’un petit ours bleu masqué sautent vite aux yeux. « C’est parce qu’il fait frais ce matin. Sinon, on a aussi des t-shirts blancs avec un gros level d’interrogation », précise l’une des membres de ces « équipages de prévention Covid ».

Depuis jeudi dernier, ces équipes, formées de deux à quatre personnes, interviennent dans différents endroits de Strasbourg. Leur however ? « Faire de l’éducation, de l’accompagnement à la santé », répond Alexandre Feltz, l’adjoint à la ville en cost de la santé. « Les gens s’interrogent sur le virus. On est là pour les aider à vivre en temps de Covid-19 ».

« Les passants sont contents de pouvoir échanger »

« On rappelle beaucoup les gestes barrières », détaille Thibault Mutel, médecin en cost de la coordination de la politique santé à la ville. « On insiste sur le port du masque même si on est pour le second dans l’invitation, pas dans l’obligation. Nos messages sont plutôt bien accueillis, les passants sont contents de pouvoir échanger et de nous poser des questions. »

Comme cette dame, pas sûre de son coup concernant l’entretien de son masque en tissu : « Quel est votre système pour le laver ? Ah bon, c’est 30 minutes à 60 °C ? J’avais entendu moins », sourit-elle, avant de repartir avec son chariot de programs. C’est au tour d’autres personnes d’être interpellées, ce matin-là rue d’Austerlitz.

« Couvrir tous les quartiers de la ville »

« Nous avons commencé à Neuhof. Nous ne savons pas encore où on ira les prochaines fois mais le however est de couvrir tous les quartiers de la ville », reprend Thibault Mutel, qui encadre pour l’on the spot une dizaine de volontaires, tous salariés à la ville. Ces équipages pourraient bientôt recevoir du renfort.

« On a fait appel à candidat », précise Alexandre Feltz, qui espère voir d’autres professionnels de santé bénévoles se joindre aux troupes. « On demandera peut-être aussi à des volontaires en service civique et on les formera », conclut Thibault Mutel en espérant que le dispositif réunisse, à terme, « 30 à 40 personnes ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *