Xiaomi Mi TV 4S 55” : le téléviseur qui se démarque par sa télécommande avec micro – Les Numériques
La structure des sous-pixels confirme l'utilisation d'une dalle LCD de type VA.

La construction des sous-pixels confirme l’utilisation d’une dalle LCD de kind VA.

Ce téléviseur exploite bien une dalle LCD de kind VA (Vertical Alignment). Cette technologie d’affichage permet d’obtenir un bon contraste en bloquant efficacement la lumière du rétroéclairage, mais en contrepartie, les angles de imaginative and prescient sont plus réduits que sur un téléviseur LCD IPS ou Oled. Pourtant, ce téléviseur Xiaomi s’en type plutôt bien avec une variation de luminosité de seulement 65 % à 45°, soit un peu moins que sur les autres téléviseurs VA qui affichent souvent une baisse de l’ordre de 70 %. Seuls les modèles très haut de gamme dotés d’un filtre optique améliorant les angles de imaginative and prescient (Samsung QE85Q85R/QE65Q90R ou Sony 65XG9505) parviennent normalement à améliorer les angles de imaginative and prescient d’une dalle VA. Dans tous les cas, c’est très loin de ce que suggest la technologie Oled avec seulement 25 % de variation à 45°.

Colorimétrie SDR

Le mode Movie autorise le rendu le plus juste, si l’on peut dire. Dans ce mode, nous avons mesuré un Delta E de 4,2. La majorité des couleurs affichent un Delta E supérieur à 3, seuil au-dessus duquel l’œil humain perçoit la dérive colorimétrique. On ne peut donc pas affirmer que les couleurs affichées sont fidèles à celles envoyées par la supply. Cependant, avec une moyenne inférieure à 5, la dérive reste contenue.

Gamma

La courbe de gamma n’est pas bonne. Si elle preserve une certaine stabilité sur la majorité du spectre, elle produit systématiquement des gris surexposés. Surtout, il n’y a pas de réglage pour modifier manuellement le gamma.

Température

Malgré un réglage sur chaud, la température est légèrement trop élevée (7 200 Okay) par rapport à la valeur de référence (6 500 Okay), et cela se traduit à l’picture par un rendu un peu trop froid (tirant légèrement vers le bleu). Rien de rédhibitoire, mais ce n’est pas parfait. La courbe manque également de stabilité sur le début du spectre avec des gris clairs plus froids que les gris sombres.

Contraste

La technologie LCD VA permet d’obtenir un très bon contraste natif mesuré à 4 390:1 — wonderful pour un téléviseur LCD. Ce taux de contraste permet d’afficher des noirs profonds, même dans le noir complet. Sur ce level, ce téléviseur Xiaomi vient taquiner les meilleurs modèles LCD, comme le Samsung QE65Q70R ou encore le Sony KD-85ZG9. Bien évidemment, il ne peut rivaliser avec les téléviseurs Oled, dont le contraste est considéré comme infini.

La model native en Extremely HD
La model Full HD mise à l’échelle sur la dalle Extremely HD

Le moteur de mise à l’échelle permet de redimensionner les contenus SD, HD et Full HD afin qu’ils s’affichent correctement sur cette dalle Extremely HD. Ce moteur est assez basique et produit une picture assez floue et très lisse. Heureusement, il ne dénature pas la supply originale et limite les artefacts.

Du côté de la compensation de mouvement, le moteur fait son attainable pour limiter les saccades, mais il ne peut améliorer la netteté en l’absence d’une dalle 100 Hz. Le 50 Hz empêche l’insertion d’photographs noires through le balayage du rétroéclairage. Les différents modes de compensation de mouvement (baptisé “lissage du mouvement”) ne sont pas franchement efficaces. De plus, le moindre changement de réglage vous fait basculer dans le mode “personnalisé”, perdant au passage les couleurs presque justes du mode Movie.

Courbe EOTF en HDR10, fenêtre de 10 %.

Courbe EOTF en HDR10, fenêtre de 10 %.

Le Show Tone Mapping utilisé par Xiaomi est loin d’être parfait. Le téléviseur pousse un peu trop le rétroéclairage jusqu’à 50 % de luminance. Heureusement, par la suite, il lisse le sign jusqu’aux capacités maximales du téléviseur afin de ne pas perdre de détails dans les zones très lumineuses. Il évite ainsi le phénomène de clipping avec un sign en HDR10 à 10 000 cd/m² utilisé pour ce take a look at. En revanche, pour une raison qui nous échappe, le mode HDR Movie ne pousse pas la luminosité au most par défaut. Il faut donc régler manuellement la luminosité à son sommet. Si vous alternez entre contenus SDR et HDR, il faut donc régulièrement jouer avec la luminosité…

Luminosité max.

Nous avons mesuré le pic de luminosité à 335 cd/m², une valeur trop faible pour profiter pleinement de la dynamique des contenus HDR. Heureusement, le Xiaomi Mi TV 4S se rattrape avec un bon niveau de noir, mais il ne peut afficher la dynamique des photographs très lumineuses.

Colorimétrie HDR

Par défaut, le mode HDR Movie affiche un Delta E supérieur à 15. Il faut se rendre dans les réglages Pictures (bouton Settings sur la télécommande), puis Vidéo avancée pour désactiver le Contrôle adaptatif de la lum. et le Contrôle de contraste native. Idem en SDR pour retrouver un gamma “customary”. Une fois ce réglage effectué, le Delta E moyen descend à 6, une valeur beaucoup plus acceptable, même si les couleurs ne peuvent pas être considérées comme fidèles.

Couverture de l'espace colorimétrique Rec.2020.

Couverture de l’espace colorimétrique Rec.2020.

Le Xiaomi Mi TV 4S se contente de couvrir 53 % de l’espace Rec.2020, un rating assez faible qui ne permet pas de reproduire correctement toutes les couleurs de cet espace. Rappelons tout de même que les téléviseurs haut de gamme se contentent actuellement de 70 à 75 % de couverture du Rec.2020. Ce n’est donc pas vraiment essential actuellement, mais constitue un bon indicateur de la qualité de la dalle et du système de rétroéclairage.

Couverture de l'espace colorimétrique DCI-P3.

Couverture de l’espace colorimétrique DCI-P3.

C’est un peu mieux du côté de la couverture de l’espace colorimétrique DCI-P3 qui atteint 73 %, mais cela reste très loin des téléviseurs Oled et des modèles LCD plus haut de gamme qui affichent plus de 90 % des couleurs de l’espace. À titre de comparaison, certains concurrents directs comme le Hisense H55B7500 ou le TCL 55EP680 couvrent 85 % du DCI-P3. C’est cet espace qui est encore aujourd’hui majoritairement utilisé pour les productions 4K Extremely HD.

Le temps de rémanence mesuré à 19 ms est très loin de celui des meilleurs LCD du marché, comme les Samsung QE65Q85R et Sony KD-75XG9505 qui descendent à 11 ms. Il correspond à celui des téléviseurs d’entrée de gamme tels que le Samsung UE55RU7405 qui affiche un temps de rémanence de 18 ms. On peut donc percevoir une traînée derrière les objets en mouvement (effet ghosting).

Le retard à l’affichage n’est pas meilleur puisqu’avec une mesure à 79,9 ms, il fait partie des pires valeurs relevées au laboratoire. Ce handicap se traduit par cinq photographs de retard par rapport à la supply (à 60 Hz) qui rend le téléviseur incompatible avec la pratique de jeux vidéo compétitifs en réseau. Pire, même le jeu en solo s’en trouve légèrement affecté avec une certaine lourdeur dans les commandes.

Colorimétrie – mode Jeu

Colorimétrie – mode Jeu

Colorimétrie – mode Jeu

Le passage en mode Jeu se traduit par l’affichage de couleurs fantaisistes avec un Delta E moyen mesuré à 9,5 en SDR et 10,5 en HDR. Encore plus négatif, la température des couleurs culmine à plus de 12 000 Okay, soit un rendu très froid (l’picture vire au bleu), et il est inconceivable de la modifier. L’choice est bien proposée, mais le passage à une température “chaude” fait basculer le téléviseur en mode d’affichage personnalisé et le retard à l’affichage repasse ainsi à plus de 100 ms.

Au closing, ce téléviseur n’est clairement pas un bon compagnon de jeu.

Le téléviseur Xiaomi Mi TV 4S.

Le téléviseur Xiaomi Mi TV 4S.

Le Xiaomi bénéficie d’un design assez classique, passe-partout, sans faute be aware. Le contour du téléviseur est en plastique imitant l’aluminium, alors que les pieds sont en métal noir.

Les bords d'écran.

Le cadre autour de l’écran n’est pas particulièrement fin, mais il est loin d’être grossier. Plus intéressant, les finitions sont bonnes pour un téléviseur dans cette gamme de prix, et l’assemblage est bien réalisé.

Le pied.

Les deux pieds en métal sont assez fins et libèrent de l’espace sur le meuble TV. Ils ne gênent pas vraiment l’set up d’une barre de son.

Mesure de la réflectance exprimée en pourcentage par rapport à un miroir.

Mesure de la réflectance exprimée en pourcentage par rapport à un miroir.

Le traitement de la dalle n’est pas vraiment efficace contre les reflets. Ce téléviseur d’entrée de gamme est logiquement assez loin des modèles premiums de Samsung — véritables références sur ce critère —, et il n’égale pas non plus les modèles Oled. En revanche, il fait juste un peu mieux que le téléviseur LCD d’entrée de gamme de Samsung, le UE55RU7405.

Le téléviseur de face et de profil.

Le téléviseur de face et de profil.

De profil, le Xiaomi Mi TV 4S n’est pas vraiment fin, mais cela n’a pas réelle significance. L’encombrement sur le meuble TV est de toute façon toujours lié à celui des pieds. Il faut tabler sur une profondeur de 26,4 cm. Ce téléviseur est donc parfaitement à l’aise sur notre meuble TV de référence (160 x 40 cm).

L'arrière en plastique noir avec la connectique sur la gauche et l'alimentation sur la droite.

L’arrière en plastique noir avec la connectique sur la gauche et l’alimentation sur la droite.

L’arrière est très classique. Le plastique noir est basique. On trouve l’alimentation sur la gauche et la connectique sur la droite, orientée vers le bas et sur le côté. Le téléviseur est appropriate avec les helps muraux à la norme VESA 300 x 300 mm.

La connectique.

La connectique se compose de trois entrées HDMI 2.0b (HDCP 2.2 et HDR), dont une seule (HDMI 2) supportant un débit maximal (4:2:2 12 bits), trois ports USB 2.0, une sortie audio numérique optique, une entrée composite, un port Ethernet, une sortie casque, un port PCMCIA (Interface Commune CI+), ainsi que les prises antennes TNT/câble et satellite tv for pc. Ce modèle embarque un tuner DVB-T/T2/C/S/S2, ainsi que le Wi-Fi et le Bluetooth.

L'interface d'Android TV dans sa version 9.0.

L’interface d’Android TV dans sa model 9.0.

Le téléviseur Xiaomi Mi TV 4S 55” héberge Android TV dans sa dernière model (9.0). Ce système reprend la nouvelle interface inaugurée par Android 8.0. Elle est un peu moins intuitive au premier abord, mais s’avère plus efficace par la suite. Les lignes affichent directement le contenu des apps les plus utilisées (Netflix, YouTube, Molotov TV, myCanal, SFR Sport, and many others.). Le système Android TV est l’un des plus complets du marché et, surtout, celui qui suggest le plus d’apps, mais toutes ne sont pas optimisées pour un utilization sur téléviseur. De plus, le Chromecast intégré permet de recevoir et afficher un flux vidéo envoyé depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Étonnamment, le système est fluide sur ce téléviseur d’entrée de gamme, ce qui est loin d’être le cas de tous les produits dans cette gamme de prix. Reste maintenant à voir si la fluidité sera toujours véritable dans le temps, notamment avec seulement 8 Go de stockage et 2 Go de mémoire vive.

La surcouche PatchWall de Xiaomi.

La surcouche PatchWall de Xiaomi.

Le Mi TV 4S est également doté d’une surcouche maison censée faciliter son utilisation. Cette interface est accessible through le bouton situé en bas à gauche du pavé directionnel, ce qui n’est pas forcément pratique, cet emplacement étant habituellement réservé au bouton Précédent. Les erreurs de manipulation sont courantes et c’est souvent pénible. L’interface PatchWall met en avant les différentes sources (un bon level) et quelques functions.

Comme sur tous les téléviseurs Android TV, le premier démarrage est plus lengthy. Il faut ici compter environ 44 s. Heureusement, le téléviseur type de veille en 5 s, tout en consommant moins de 1 W en veille. Dans tous les cas, c’est beaucoup plus lengthy que les systèmes Tizen de Samsung ou WebOS de LG, qui démarrent en moins de 5 s. Enfin, comme souvent, la mise en veille est instantanée.

La télécommande avec micro.

La télécommande avec micro.

Malgré son tarif abordable, ce téléviseur est fourni avec une télécommande complète intégrant un micro. Elle est très agréable à utiliser avec ses boutons en gomme très silencieux et, surtout, son micro intégré, indispensable pour profiter au mieux des fonctions connectées, notamment pour effectuer les recherches sur YouTube ou through Google Assistant. Le level faible de cette télécommande est l’emplacement du bouton Précédent, remplacé par un raccourci vers l’interface PatchWall qui entraîne quelques erreurs de manipulations.

Factors forts

  • Contraste natif

  • Android TV assez fluide pour un téléviseur à ce niveau de prix

  • Télécommande avec micro (uncommon à ce tarif)

  • Finition

  • Connectique complète

Factors faibles

  • Calibration d’usine pas au niveau de la concurrence

  • Retard à l’affichage élevé

  • Temps de rémanence élevé

  • Absence des réglages de base (gamma, steadiness des blancs)

  • HDR inutile (faible pic de luminosité, calibration perfectible, obligation de régler manuellement la luminosité maximale)

Comme avec le vidéoprojecteur extremely courte focale Mi Laser Projector 150, Xiaomi mise avant tout sur l’ergonomie pour faire la différence avec un système Android TV fluide et la présence d’une télécommande avec micro. Et comme avec le vidéoprojecteur, le fabricant oublie l’essentiel pour un périphérique d’affichage : la qualité d’picture. Cela partait pourtant bien avec l’adoption d’une dalle VA, mais l’ensemble n’est pas très bien calibré et aucun réglage ne permet de corriger le tir manuellement. Si la moyenne des notes pourrait lui faire prétendre à une récompense finale de 3 étoiles, le téléviseur Xiaomi est derrière quasiment tous les autres modèles testés au laboratoire, ce qui fait descendre sa be aware finale à seulement 2 étoiles. En espérant que Xiaomi corrige rapidement le tir avec ses prochains modèles. En attendant, vous pouvez vous tourner vers un téléviseur Hisense H55B7500 ou un TCL 55EP680.

Sous-Notes

  • Qualité d’picture

  • HDR

  • Jeux vidéo

  • Clouding

  • Ergonomie

  • Audio

  • Consommation

News Reporter

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X